Les jeunes se mobilisent pour l’abolition de la prostitution

Classé dans : Actualités | 0

A quelques jours de la deuxième lecture de la proposition de loi d’abolition de la prostitution à l’Assemblée nationale, les Jeunes pour l’Abolition lancent la Semaine de l’Abolition, du 30 mai au 6 juin. Collectif créé en septembre 2013 par l’Union Nationale des Etudiants de France (UNEF), le Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), l’Union Nationale Lycéenne (UNL), Osez Le Féminisme ! (OLF), les efFRONTé-e-s, le Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) et l’Union des Etudiants Communistes (UEC), les Jeunes pour l’Abolition s’engagent pour une société dans laquelle les femmes ne sont pas un produit que l’on peut acheter.

Le monde dans lequel nous voulons vivre est celui de la liberté sexuelle et de l’égalité entre les femmes et les hommes. La prostitution, c’est le contraire de ce projet de société : c’est le paroxysme de la domination masculine et de l’exploitation économique. Les personnes prostituées évoluent dans un univers de violence extrême, qu’elles soient dans la rue ou dans des hôtels de luxe, comme l’a montré l’affaire du Carlton.

Nous ne croyons pas à l’argument de la « liberté » de se prostituer : c’est la contrainte économique qui les pousse la plupart du temps vers la prostitution. Les Jeunes pour l’Abolition rêvent d’un monde où les sexualités sont fondées sur le désir, pas sur l’argent.

Pour lutter contre ce système de domination sexuelle et économique, la proposition de loi d’abolition de la prostitution donne des outils fondamentaux. Avant tout, elle veut garantir la protection des personnes prostituées, qui entrent dans le système très jeunes (14 ans en moyenne). Elle renforce la lutte contre les réseaux de traite, à qui bénéficient les revenus de la prostitution, et prévoit la pénalisation des clients, à laquelle 73% des 18-25 ans sont favorables. Enfin, l’éducation à la sexualité et la prévention du recours à la prostitution sont inscrits dans le texte.

Les Jeunes pour l’Abolition demandent aux député-e-s de se mobiliser pour la 2ème lecture à l’Assemblée nationale, le 12 juin prochain, et redonner au texte tout son sens, après un passage au Sénat qui a rétabli le délit de racolage et supprimé la pénalisation des clients.

Afin de soutenir la proposition de loi, et de marquer notre détermination à la voir aboutir, le collectif des Jeunes pour l’Abolition lancera le samedi 30 mai la Semaine pour l’Abolition : une semaine pour promouvoir nos arguments, nos idées, nos valeurs ; une semaine pour convaincre qu’une société où la prostitution est considérée comme ‘normale’ n’est pas compatible avec l’égalité entre les femmes et les hommes ; une semaine pour dire qu’un autre monde est possible.

Plus d’informations